Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 12:06

Au moment où le rapport d'expertise commandé par la ministre de l'Ecologie est rendu public en préfecture du Tarn à Albi, l'autopsie d'un jeune homme de 21 ans s'engage afin de connaître les raisons de son décès sur le site suite à la manifestation de ce Week-end.

La mort du jeune Rémi Fraisse est intolérable. Toute la lumière doit être faite sur les responsabilités de son décès. Nous présentons toutes nos condoléances attristées à la famille et aux proches de Rémi.

Aucun projet d'aménagement ne peut justifier de telles violences et la mort d'un jeune adulte.

Nous appelons toutes les parties à retrouver le calme et la sérénité. A l'appui des conclusions du rapport d'expertise tous les responsables publics doivent contribuer à engager enfin un dialogue responsable et constructif comme le proposent les communistes du Tarn et leurs élu-e-s, notamment du conseil général, Serge Entraygues et Roland Foissac.

L'arrêt des travaux doit permettre d'examiner tous les éléments du dossier.

Tous les arguments doivent être sur la table avec l'ensemble des acteurs, sans oublier les populations locales et leurs élu-e-s, et cela en toute transparence, tant par une maîtrise publique affirmée de la préservation de la ressource naturelle que pour le développement économique et d'une agriculture d'exploitation familiale, moderne, diversifiée, respectueuse de l'environnement.

Repost 0
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 16:03

 

« La presse annonce ce matin que le gouvernement et l’Élysée ont décidé, à la demande d’une partie des députés socialistes, de moduler les allocations familiales selon les revenus dès 2015.

Il est inadmissible que cette mesure n’ait fait l’objet d’aucun débat à l’Assemblée nationale. Les tractations de couloirs l’ont emporté. L’Assemblée nationale est mise devant le fait accompli.

Au-delà de la forme utilisée, le fond reste inchangé, ce sont les familles qui paieront la facture. 800 millions d’euros en moins chaque année pour les familles alors que ce même gouvernement a fait cadeau de 41 milliards aux patrons d’entreprises, sans leur demander aucune contrepartie.
Cette mesure ne sera pas plus juste, puisqu’on s’en prend à nouveau à nos concitoyens au lieu d’exiger une juste contribution du capital. Rappelons que les dividendes progressent encore cette année pour les sociétés françaises.

Les allocations familiales étaient l’une des dernières prestations sociales universelles. Avec cette mesure, le parti socialiste met fin à un acquis issu du Conseil national de la résistance !

La brèche est ouverte. Il suffira que les futurs gouvernements à la recherche de nouvelles économies baissent progressivement ce seuil, jusqu’à faire de notre système universel de sécurité sociale « une sécu pour les pauvres ». En transformant ainsi une assurance sociale pour tous en un mécanisme d’assistanat, ce sont les principes fondateurs de la sécurité sociale que l’on foule aux pieds.

Faut-il aussi s’attendre à ce que demain le gouvernement s’en prenne aussi à l’universalité en matière de santé ? Allons-nous aussi rembourser les frais médicaux selon les revenus ? »
Jacqueline Fraysse, députée Front de gauche des Hauts-de-Seine

  • 0 8 googleplus0

Repost 0
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 12:30

Elections départementales : Valls invente l’austérité… pour la démocratie !

L’article 46 du projet de Loi de finance, déposé à l'Assemblée nationale le 1er octobre par le gouvernement, prévoit pour les élections départementales de mars 2015, de supprimer l’envoi postal au domicile de chaque électeur des professions de foi et des bulletins de vote des candidats, et de le remplacer par une publication sur Internet.

Décidément pour ce gouvernement tout est un coût : le travail, la famille, la santé, les collectivités territoriales et maintenant l’expression de la démocratie, et maintenant l’égalité des citoyens devant le suffrage universel. Après l’austérité économique et sociale, voici l’austérité démocratique.

Les élections départementales en raison du nouveau mode scrutin, du charcutage électoral des cantons et du « coup d’Etat » contre les départements, risquent de connaître une abstention record. Il est donc singulier de voir le gouvernement prendre des dispositions qui vont démobiliser encore plus l’électorat. On peut s’interroger si au fond, ce n’est pas l’effet escompté ?
Il est vrai qu’alors que l’exigence populaire d’un référendum sur l’avenir des départements grandit dans le pays, les élections départementales s’annoncent particulièrement catastrophiques pour le couple Valls-Hollande.

Le Parti communiste français demande solennellement à Manuel Valls de retirer l’article 46 de son projet de Loi de finance en raison de son caractère attentatoire à la démocratie et à l’égalité des citoyens devant le suffrage universel.

Repost 0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 16:53
CHOMAGE  REBSAMEN SE TROMPE DE CONTROLE

François Rebsamen, ce ministre du travail qui ne commente plus les chiffres du chômage tant il sont catastrophiques et contredisent, mois après mois, les prophéties présidentielles, vient de trouver les responsables de cet échec : les chômeurs eux-mêmes.

Ce matin, il annonce donc le renforcement des contrôles pour vérifier qu'ils sont bien à la recherche d'un travail.

En 2012, alors que Nicolas Sarkozy parlait comme le fait aujourd'hui François Rebsamen, François Hollande répondait qu'il ne fallait pas "s'en prendre aux plus fragiles". Mais c'était avant.

Au lieu de singer la droite, le ministre du travail ferait mieux de changer de politique. Il serait bien à la peine si les 5 millions de chômeurs décidaient d'installer des comités locaux pour mesurer les dégâts économiques et sociaux des choix gouvernementaux.

Si, à l'échelle des départements et des territoires, un suivi des aides publiques aux entreprises, comme pour le CICE, était mis en place par les citoyens, avec, d'un côté, des records de dividendes versés aux actionnaire et, de l'autre, des licenciements, des femmes et des hommes et des familles brisés.

La peur doit vite changer de camp.

Il s'agit aujourd'hui de contrôler l'activité réelle de Monsieur Rebsamen, François, recruté en avril dernier pour s'occuper de l'emploi. Certains chiffres et résultats enregistrés dernièrement nous font douter de sa capacité réelle et de sa détermination.

Le gouvernement et le patronat doivent aujourd'hui rendre des comptes.

Repost 0
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 18:19
Turquie: S. Demirtaş, candidat des forces démocratiques, crée la surprise à gauche

R.T. Erdogan a été élu président de la République, dés le premier tour, avec 51,7%. Il a mené une campagne brutale, populiste et déloyale en monopolisant notamment les médias. En polarisant à outrance les enjeux, R.T. Erdogan n’apporte aucun apaisement dans une société profondément divisée. Son premier discours sur la « Nouvelle Turquie » n’augure pas de changement dans la politique de répression contre les démocrates, les procès politiques, la personnalisation du pouvoir au service d’un capitalisme sauvage.

Les sociaux-démocrates (CHP) et l’extrême-droite nationaliste (MHP) s’étaient unis pour la circonstance en désignant un candidat commun. E. Ihsanoglu, ancien directeur de l’Organisation de la Conférence Islamique, avec 38,5%, n’atteint pas son objectif. Ce résultat entérine la fin d’une forme d’hégémonie du kémalisme.

Ce bilan est inquiétant pour l'avenir du peuple en Turquie et pour l’équilibre du Proche-Orient déjà soumis à rude épreuve.

S. Demirtas, candidat du HDP a créé la surprise, en recueillant 10 % soit une progression de 4% par rapport au scrutin de mars dernier. Sa campagne militante, dynamique et moderne s’est adressée à l’ensemble de la société turque. Il s’est fait le porte-parole des opprimés, a su rassembler les minorités, notamment les Kurdes ainsi qu’une grande partie de la gauche faisant à nouveau souffler l’esprit de Gezi. Le HDP s’impose comme une force d’avenir.

La question qui se pose pour l’ensemble des progressistes de Turquie réside désormais dans la résistance à la politique d’Erdogan. Ce dernier ne bénéficie pas d’un soutien sans faille. L’ampleur des mouvements politiques et sociaux, comme ceux de la place Taksim, des kurdes ou des alévis ont fait reculer la peur, ont redonné espoir et témoignent de l’immense aspiration à la liberté et à la justice.

Les progressistes de Turquie trouveront toujours à leur côté le Parti Communiste Français dans le combat pour une Turquie démocratique, moderne, laïque, respectueuse des droits de tous.

Repost 0
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 16:39
Solidarité avec le Parti communiste d'Ukraine

Les députés du Parti communiste d'Ukraine viennent d'être exclus du Parlement ukrainien quelques jours après que celui-ci ait fait voter une loi demandant l'interdiction pure et simple du Parti communiste d’Ukraine et de tous ses symboles. Le procès contre le KPU se tient ce 24 juillet à Kiev.

Le PCF exprime sa solidarité envers le KPU et condamne ce nouvel acte ignominieux que s'apprête à commettre le pouvoir ukrainien à l'encontre d'un parti qui a déjà dû subir depuis de longs mois d'intolérables agressions, intimidations et chantages.

Alors que l'Ukraine subit une grave crise politique et maintenant un conflit armé qui peuvent avoir de lourdes conséquences pour l’avenir de ce pays et de son peuple ; et que, par ailleurs, son gouvernement vient de signer un accord d'association avec l'Union européenne: comment justifier que des dispositions essentielles de la charte des Nations Unies, de la Déclaration universelle des droits de l'homme ainsi que de la Charte européenne des droits de l'homme ,garantissant notamment les droits d'association et d'expression des partis politiques puissent être ainsi aussi arbitrairement bafouées.

Le parti communiste d’Ukraine n'a cessé de proclamer, à tout moment, que son opposition au pouvoir actuel, s’exerçait sur la base d'une démarche démocratique. C’est dans ce cadre qu’il a notamment exprimé son opposition aux accords économiques en cours, son exigence de profondes réformes constitutionnelles permettant à l’ensemble du peuple ukrainien d’exercer son droit à une pleine souveraineté, sans pressions ni ingérences extérieures ; son refus de la guerre qui touche l’est du pays et la nécessité de parvenir à une résolution pacifique du conflit en cours.

Dans ces conditions, l’interdiction du Parti communiste d’Ukraine constituerait une violation des droits civils et politiques fondamentaux dans ce pays, et serait profondément dommageable à la légitimité démocratique et au respect des « valeurs » de l’Union européenne, dont les nouvelles autorités politiques au pouvoir, prétendent se réclamer.

Le Parti communiste français demande au gouvernement français d’intervenir de toute urgence auprès du Président ukrainien Piotr Porochenko pour que soit levée la demande d’interdiction du Parti communiste d’Ukraine et pour que soit respectée ainsi dans ce pays, les droits d’expression et d’association politique exercés dans un cadre démocratique.

Le PCF appelle à renforcer d'autant plus la solidarité avec le Parti communiste d'Ukraine et toutes les organisations progressistes qui luttent pour leurs droits sociaux et démocratiques et pour la souveraineté de leur pays.

Repost 0
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 13:45
Spot publicitaire de la SNCF : une insupportable provocation.

Alors que le texte de la réforme ferroviaire a été adopté mardi 24 juin dernier à l'Assemblée Nationale, la direction de la SNCF estime de bon ton d'avoir recours à la provocation et au mépris.

Un spot publicitaire diffusé à la télévision depuis hier présente, sur un ton surjoué, les « regrets » de la SNCF face au « moments pénibles » vécus par les usagers lors des mouvements de grève. La direction assure avoir « tout mis en œuvre » pour soulager des voyageurs quasi-martyrs, à qui l'on distribue des bouteilles d'eau, dans une mise en scène digne d'une opération de secours humanitaire.

Il s'agit là d'une insupportable hypocrisie. En rejetant la responsabilité des perturbations sur les cheminots, qui n'ont fait qu'exercer le droit de grève que leur garantit la Constitution, la direction de la SNCF cherche à se donner bonne conscience. Le conflit n'aurait-il pas été évitable si elle avait accepté d'écouter les revendications et les propositions portées par les syndicats ?

Pire encore, ce spot publicitaire cherche une fois de plus, comme l'a cyniquement fait le gouvernement ces derniers jours, à monter les Français les uns contre les autres. Faussement compatissante, la direction de la SNCF en est réduite à pointer du doigts ses propres salariés.

Ce sont pourtant ceux-là même qui contribuent chaque jour à faire vivre l'entreprise, à assurer le transport de millions de personnes au quotidien et qui se battent contre le démantèlement et la mise en concurrence de leur groupe, dans l'intérêt de tous les Français

Repost 0
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 16:52
SOUTIEN AUX LUTTES DES INTERMITTENTS ET DES CHEMINOTS

Le Conseil national du Parti communiste a aussi exprimé son soutien et sa solidarité avec les cheminots et les intermittents en lutte.

Motion de soutien aux intermittents du spectacle

Le Conseil national du PCF, réuni le 15 juin, apporte tout son soutien au mouvement des intermittents et notamment aux rassemblements prévus ce lundi en régions et à Paris à 14h30 au Palais Royal à l'occasion de la réunion du Conseil national des professions du spectacle.

Le gouvernement doit entendre la colère du monde de la culture, tant en ce qui concerne la baisse des budgets que la réforme du régime des intermittents.

Cette réforme, négociée de manière déloyale, est illégitime. Elle ferait peser durant trois ans 2 milliards d'économie sur le dos des chômeurs, entrainerait une baisse de 10 % de leurs allocations et exclurait des milliers d'entre eux du régime spécifique.

Le ministre du Travail ne doit pas agréer la convention Unedic.

Le gouvernement doit peser de tout son poids pour forcer le Medef à reprendre les négociations.

Le Conseil national du PCF appelle à participer aux manifestations prévues et à apporter tous soutiens aux diverses mobilisations.

Conseil national du PCF, le 15 juin 2014.

-

Motion de soutien au mouvement des cheminots

Le Conseil national du PCF réuni, les 14 et 15 juin 2014 , à Paris, apporte sa totale solidarité aux cheminots engagés depuis plusieurs jours dans un conflit social de haut niveau.

Il appelle le gouvernement à reprendre le dialogue et à créer les conditions d'une fin de la grève en reportant l'examen à l'Assemblée nationale du projet de loi sur la réforme du système ferroviaire.

A cet égard, les dernières déclarations émanant de l'Exécutif ne font qu'attiser inutilement les tensions et éloigner une issue rapide et positive au mouvement.

Le Conseil national du PCF s'associe aux cheminots dans le dénonciation du projet de réforme ferroviaire qui, sous couvert d'une fausse réunification, organise en réalité le découpage en plusieurs morceaux de la SNCF, préparant les conditions d'une potentielle privatisation du service public ferroviaire. Le projet gouvernemental ne règle en rien la lourde dette qui pèse sur le système ferroviaire, si ce n'est d'envisager sa stabilité par de nouvelles suppressions d'emplois, la réduction de l'offre et l'augmentation des tarifs pour les usagers.

Le Conseil national du PCF appelle ses élus et ses militants à amplifier le mouvement de solidarité envers les cheminots.

A cet effet, Pierre Laurent, pour le PCF, et Didier Le Reste pour le Front des luttes du Front de gauche se rendront à la Gare de Lyon, aujourd'hui à 13 heures 30, pour rencontrer les cheminots mobilisés et leur exprimer leur solidarité.

Parti Communiste Français
Paris, le 15 juin 2014

-

Repost 0
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 11:39
Provocation de Jean-Marie Le Pen : "pas un nouveau dérapage mais le même visage hideux de la haine"

Les républicains doivent s'attacher à débusquer le Front national, à déconstruire son discours et à le démythifier. La nouvelle abomination de Jean-Marie Le Pen réaffirme le fond raciste et antisémite de ce parti d'extrême droite. Il ne s'agit pas de nouveau dérapage mais bel et bien du même visage hideux de la haine sous le masque d'une pseudo respectabilité. La justice doit être saisie.

La République doit être forte et ne pas se laisser glisser vers le pire. La gauche doit en urgence se relever et redonner de belles couleurs à la Liberté, à l'Egalité et à la Fraternité.

Olivier Dartigolles, porte parole du PCF

Repost 0
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 13:14
Réforme territoriale : "Une réforme hypocrite et dévastatrice"

Le Président de la République n'aura donc rien changé à ses objectifs initiaux, comme d'habitude. Et la méthode qu'il dévoile ce matin pour la réforme territoriale se situe dans le registre du cirque ! C'est l'un des symptômes de la crise démocratique profonde que nous traversons et dont les deux dernières élections ont à nouveau montré la gravité. Aucune leçon n'est tirée.

A l'endroit où il faudrait rechercher un nouvel élan démocratique, sa réforme territoriale n'affiche pas d'autre ambition que l'austérité accrue pour les budgets publics et l'accroissement de la compétition entre territoires, conformément aux injonctions européennes. Cela se fait au prix d'une aggravation de l'autoritarisme inhérent à la Vème République et de la mise en place de pouvoirs de plus en plus technocratiques abrités de la souveraineté populaire.

Si la démarche présentée est si acrobatique, c'est pour éviter une validation démocratique aux résultats incertains. Ainsi, on redécouperait les régions au gré des vents avant même que de définir les missions des collectivités. Tout serait imposé sans s'appuyer sur le bilan de l'action menée dans les diverses collectivités et sur la créativité qui a fait la force de la décentralisation.

Nous n'acceptons pas le double-langage qui consiste à décréter que les communes sont "une petite République dans la grande" tout en augurant leur démantèlement. Le fait de plonger les départements en respiration artificielle relève de la même démarche de duplicité. Au final le projet est complètement contraire au renouveau de la République, à l'égalité entre territoires, à l'égalité en droits de toutes et tous. Enfin, présenter en soi la suppression d'élus du peuple comme un progrès démocratique et une illusoire source d'économies substantielles ravira la droite et l'extrême droite quoiqu'elles en disent : c'est leur inépuisable fonds de commerce.

La République a besoin d'un sérieux coup de jeune - de passer la 6eme - or il s'agit là d'un acte de destruction qui conduit à une nouvelle concentration des pouvoirs. Une fois de plus, il s'agit de répondre au mieux aux exigences grandissantes des forces patronales et de la finance dont l'emprise s'accroît au fur et à mesure. Les hommes et les femmes de notre pays et de notre continent ont chaque jour qui passe le sentiment accru que le pouvoir est ailleurs, qu'il s'exerce sans eux, qu'ils évoluent dans une démocratie d'apparence. Aucune modification des règles de la démocratie ne peut se faire sans démocratie.

Nous exigeons des référendums pour chaque modification et, c'est essentiel, un grand débat, animé par une Constituante, pour refaire de la République notre bien commun et redonner à l'action publique toute l'efficacité que peut revêtir le pouvoir quand il est réellement exercé par le peuple.

Pierre Dharréville, responsable de la commission République, démocratie et institutions au PCF

Repost 0